Fermez les yeux un instant, ouvrez votre âme. N'entendez vous pas les cris? (Forum RPG)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux tueuses, deux techniques (PV AURA)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Deux tueuses, deux techniques (PV AURA)   Dim 13 Mar - 8:16

    Énervement, questionnement… Pourquoi ? Est-il stupide ou bien il veut ma mort ? Ou il ne connait pas du tout la personne. Les trois sont possibles. Mais laquelle est la vrai ? Je ne veux pas risquer ma vie parce qu’un fou, à décidé de tuer quelqu’un qui ne peut pas mourir. Je chiffonne furieusement la lettre et la jette au feu. D’habitude, je ne rencontre jamais mon client avant de faire ce que je dois faire, mais là, je vais faire exception à la règle. J’attrape les clés de ma voiture et me rends chez mon client. Tu vas devoir t’expliquer de ton envie soudaine. Je n’ai pas envie de me lancer dans quelque chose d’impossible. Je monte dans ma voiture, mets mes lunettes de soleil même s’il fait nuit. J’enclenche le moteur et vingt minutes plus tard, je me retrouve chez le fou qui veut me faire faire un truc quasi-impossible, ou plutôt carrément impossible. Je fais apparaître un revolver, le charge et sors de ma voiture. J’entre sans frapper. Mes oreilles sont agressés par de la musique qui est écouter beaucoup trop forte. Je tire un coup dans l’appareil responsable de ce vacarme. Le propriétaire des lieux ce retourne vivement, affolé de ma présence. Il vient de se rendre compte que je viens de rentrée illégalement chez lui. Il sort une arme de sous sa chemise. Je soupire.
    " Posez ça vous allez vous faire mal !
    -Qui êtes vous ? Que voulez vous ?"

    Je rigole. Franchement, c’est souvent qu’on voit quelqu’un comme moi débarqué chez les gens, une arme à la main. Il est stupide, c’est bien ce que je pensais.
    « Dream Nightmare ! Vous m’avez engagée pour tuer quelqu’un il me semble non ? »

    L’homme regarde, une petite lueur terrifié dans les yeux. C’est un vrai trouillard. A part avoir une arme dans la main, je ne suis pas effrayante.
    Parle pour toi Nightmare !
    Tiens, tu te réveilles enfin ma jolie. Laisse moi faire mon boulot tranquillement.
    L’homme hoche doucement la tête pour acquiescer mon dire.
    « Bien, je voulais savoir si vous aviez des antécédents psychologique parce que me demander une telle chose, est complètement…Comment dire ? Suicidaire. Et voyez vous, je n’ai pas envie de mourir pour vos beaux yeux. »

    L’homme avale péniblement sa salive. Je lève les yeux au ciel. Je lève mon arme pour lui faire comprendre que je ne suis pas patiente du tout.
    « Je n’ai aucun antécédent. Mais vous tuez les personnes qui ont fait souffrir des gens, et je veux la mort de l’assassin de ma femme.
    -Savez vous qui est la personne. Êtes vous sur que c’est bien la personne que je dois tuer.
    -Oui, bien sur !
    -En êtes vous certain ! »

    L’homme regarde bizarrement .
    « Oui, c’est ça technique !
    -Vous savez beaucoup de gens essaye de la copier, donc il y a des similitudes, mais est-ce vraiment elle ?
    -J’en sais rien moi ! Je n’y ai pas assisté !
    -PARFAIT ! »

    J’attrape son arme, que je m’empresse de faire disparaitre. Je le fouille pour voir, s’il n’en cache pas une par hasard. Puis je l’attrape par le col et l’entraîne sans ménagement vers ma voiture. J’ouvre la porte arrière et le jette à l’intérieur. Je me mets au volant et verrouille les portes, on ne sait jamais, si mon invité avait décidé de me faussé compagnie. Puis j’appuie sur l’accélérateur et roule à vive allure vers un lieu qui est inconnu de mon client.
    « Où allons-nous ?
    -Dans un hangar. Vous allez pouvoir lui demander s’il elle a vraiment tuer votre femme. »

    A travers le rétroviseur je le vois passer par toutes les couleurs. Je rigole. Personnellement, je ferais pas cette tête. Il ne faut juste pas, lui montrer qu’on a peur et qu’on veut fuir. Après s’il elle a faim, c’est son affaire.
    Tu es vraiment d’une cruauté sans limite !
    Je faîne brusquement. Mon client ne comprend pas ma réaction soudaine.
    Toi, ta gueule ! Tu la fermes ! Je ne veux pas t’entendre !
    Je reprends doucement ma route. Elle a intérêt à ce calmer la Dream. Sinon, je vais lui faire comprendre que même quand on est juste une âme enfermé on peut vraiment souffrir comme dans un corps. Quelques minutes plus tard, nous arrivons au lieu du rendez vous. Je sors violemment l’homme qui est resté figé sur la couleur blanche. Je le traîne dans le hangar, et on attend. Franchement, vouloir tuer Aura Black. C’est du suicide. Je me tourne vers mon client livide.
    « Vous vous rendez compte, que tuer Aura Black est du suicide ? Elle incarne la mort ! »

    Je n’obtiens pas de réponse. Puis, des bruits de pas ce font entendre. La voilà. Elle a l’air énervé. Je la comprends. Je mets mon client debout.
    « Excuse moi du dérangement. Mais cet homme veut que je te tue parce que soit disant tu aurais tué sa chère femme. Et comme je ne souhaite pas mourir, je te l’amène pour que vous puissiez vous expliquer ! Par contre, il est à moi ! S’il doit mourir c’est de ma main ! »

    Un bruit d’homme qui tombe ce fait entendre. Je me retourne vers l’homme et je l’aperçois en train de ce faire dessus. Je soupire.
    « Et en plus il se fait dessus, on est pas sortie ! »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux tueuses, deux techniques (PV AURA)   Ven 8 Avr - 22:47

    Visage. Voix. Tuerie et meurtre. Des mots qui me semblent si familiers, mais qui en fait pourraient m'être étrangers. J'aurais pu être quelqu'un d'autre, pas vrai ? Mais finalement je reste la personne que je suis. Je suis une tueuse. Je suis la Mort, et on ne peut pas tuer ce qui est déjà mort. On ne peut pas faire affront à quelqu'un comme moi, à moins de s'appeler Lucifer. On ne peut pas se mesurer à moi dans l'espoir de me tuer. Qui serait capable de blesser un coeur de pierre ? Personne, il faudrait être fou. Comment savoir, comment comprendre ? On devrait pouvoir se sortir de là et tout oublier. Si peu de monstres, tellement de mensonges. Un monde sans pitié dans lequel je vis depuis ma naissance. Je n'ai jamais vraiment changé, je suis toujours restée la même. Cette ordure incapable de me comporter de manière gaie et chantante. Je ne suis pas ainsi. Dans ce hangar, je contemple un instant le cadavre déchiqueté qui me fait face. Cet homme vient de pousser son ultime râle d'agonie. Il avait pénétré sur mon territoire en croyant pouvoir me dominer. C'était sans compter tous mes "amis" ceux qui faisaient partie de moi. Mes amis, oui. A partir de maintenant, j'ai beaucoup d'amis. Et ce cadavre en constitue un de plus. Tandis que je l'observe en silence, une partie de mon bras se décompose, faisant tomber un morceau de chair pourri. Il me semble que j'ai encore beaucoup de temps avant d'avoir l'apparence d'un vulgaire squelette. C'est le prix à payer lorsqu'on est un démon. On dévore et on tue, on prends un plaisir certain à trouver et à voler le pouvoir des autres, mais en faisant cela, on détruit notre âme à petit feu. Je l'ai rapidement découvert lorsque j'ai observé que mon corps se décomposait un peu plus à mesure que je tuais et je volais la puissance. J'ai assumé ce rôle. Jouant nerveusement avec mon nerf optique, je repense au culte que me vouent les gens vivant ici, à Umbra. Le quartier de l'Ombre est mon royaume. Tout le monde sait qu'on ne peut pas me tuer. On ne peut pas tuer ce qui est déjà mort, n'est ce pas ? On ne peut pas me tuer. Il n'y a que moi qui suis susceptible de me tuer. Et si quelqu'un choisit de retirer de moi toutes les âmes que je possède, je retrouverai ma forme normale, sans rien perdre du pouvoir de l'Aura. Je n'ai rien cherché d'autre. Même le pouvoir ne m'intéresse pas. Je ne veux que me nourrir, et exercer ma cruauté. Seul le pouvoir, en effet, peut me mener à ce que je désire, mais je le prends plus pour une formalité qu'une véritable ambition. Chaque Dimanches soirs, des prêtres du Temple m'apportent des enfants à dévorer, ou des vierges. Le culte qu'ils me vouent me plait. Je n'ai pas besoin de chasser, au moins, et si je le voulais, je pourrais largement me contenter de ces enfants comme repas pour une semaine. Mais j'ai un apétit bien trop insatiable. Et la proie que je recherche à présent serait une proie comme Aly Murderoll. Une personne puissante et cruelle à dévorer, à tuer. Voilà qui complèterait ma collection à la perfection...

    Razca s'avance calmement vers moi. Cette hyène est mon amie fidèle depuis bien longtemps. Elle m'a toujours accompagnée, depuis que j'ai quitté la maison de mon enfance, laissant derrière moi les corps décharnés et cadavériques d'un père volage et de deux putes. Ma vengeance n'est cependant pas assouvie. Ma main décharnée se pose sur le mur, qui se teinte aussitôt d'un rouge sale. Oui, le sang. J'ai toujours eu le sang en affection, sans pour autant en faire une maladie, une obsession. C'est comme un bon verre de vin, pour moi. Razca s'amuse de mon trouble. Voilà une expression sur mon visage qu'elle n'avait pas vu depuis des années.

    "Eh bien, Aura, tu es pensive aujourd'hui ? Pourquoi donc ? Madame la décharnée aurait-elle des... états d'âme ?"

    Je n'aurais laissé personne d'autre me parler sur ce ton. Mais après tout, Razca n'est pas n'importe qui. Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. Ma main se plaque un peu plus contre le mur, laissant couler un liquide bordeaux jusqu'au sol.

    "Je l'ignore, Razca. J'ai l'impression que tuer ne m'amuse plus autant qu'auparavant.
    - Les proies seraient-elles trop faciles ?
    - Sans doute. Il n'y a pas de gens aux pouvoirs suffisamment puissants pour pouvoir me défier. Tout le monde le sait, ici. Et tout le monde me craint.C'est amusant un moment, mais ensuite...
    - Et cette tueuse à gage schizophrène ? Ne ferait-elle pas une proie alléchante pour toi ?
    - Nightmare ? Non.
    - Te ferait-elle peur, Aura ?
    - Aucunement. Seulement, nous avons conclu un marché, elle et moi. Nous travaillons chacune de notre côté, mais ne chercherons jamais à nous entretuer. Comme ça, on entretient le business, en quelque sorte. Elle doit tuer, elle m'apporte les victimes un peu retorse, et je la laisse tranquille. Son âme est presque aussi noire que la mienne. Au point d'emprisonner l'autre partie d'elle...
    - Je vois. Eh bien, en parlant du loup, tu ferais mieux de te recoiffer, elle va arriver dans cinq minutes.
    - Que vient-elle faire ici ?
    - Je l'ignore. Je sais seulement qu'elle est en chemin.
    - Bien. Ce n'est pas le meilleur moment, mais je vais la recevoir."

    Caressant machinalement le pelage de ma seule compagne, je m'avance en direction de l'entrée du hangar. Habituellement, je vis dans le temple, mais ces derniers temps, j'apprécie les recoins sombres et reculés, cherchant quelque âme aussi noire que celle d'Aly, de manière à en faire mes compagnons. Pendant un temps, seulement. J'ai laissé cette Nightmare tranquille, grâce à un marché conclu d'un commun accord, cela ne m'empêche pas de ne pas l'apprécier. Je n'aime pas cette femme. Elle est bien trop étrange pour quelqu'un comme moi. J'aurais aimé conclure un marché avec quelqu'un d'autre, mais ais-je le choix finalement ? Lorsque j'entends la voiture se garer, je sais qu'elle n'est pas seule. Elle savait que je me trouverais ici. Razca s'avance, et s'asseoit à côté de moi. Un homme est ici, avec elle. Il tremble de tous ses membres. Rien d'étonnant. J'ai envie de le tuer. Je crois savoir pourquoi ils sont ici, et je ne me trompe pas. Les éclats de voix dans le silence, ne trompent jamais.

    « Excuse moi du dérangement. Mais cet homme veut que je te tue parce que soit disant tu aurais tué sa chère femme. Et comme je ne souhaite pas mourir, je te l’amène pour que vous puissiez vous expliquer ! Par contre, il est à moi ! S’il doit mourir c’est de ma main ! »

    Un sourire éclaire mon visage. Elle me plait. Elle ajoute quelque chose comme quoi ce type s'est pissé dessus. Rien d'étonnant. J'en ai vu bien d'autres. Voire pire que ça. Alors j'avance. Attrape le cou de l'homme de ma main putréfiée. Lui adresse un sourire malveillant. Et derrière moi, enveloppée dans une Aura noire, la femme de cet homme lui fait face. Son ombre semble vaciller. Je me rappelle de toutes les victimes. Celle ci a beaucoup pleuré. Et d'ailleurs, elle pleure encore, en voyant son mari à deux pas entre la vie et la mort, face à deux meurtrières. Il n'y a rien de plus étrange et de plus terrifiant pour quelqu'un comme lui. Quelqu'un de normal. Qui n'aurait jamais, jamais dû faire appel à Dream Nightmare.

    "Ta femme, elle est en moi à présent. Je l'ai... mangée... dévorée, bouffée, tout ce que tu voudras, mais elle ne te reviendra jamais! Et je ne vous réunirais pas. Hors de question."

    Déposer un baiser sur son front, de mes lèvres pleines de vermine. Mon oeil tombant frotte sa joue. Une grimace de terreur. Il vomit. Et devant lui, l'ombre de sa femme disparait. Je fixe alors Nightmare avec une sorte d'autorité. Je ne veux pas qu'elle me considère comme son égale. Je dois montrer une position de force, même si ce n'est pas vraiment mon jour aujourd'hui. Razca grogne, en direction de l'inconnu. Elle aussi aimerait s'amuser, cet animal charognard. Son grondement résonne dans tout le hangar. Impressionnant.

    "Tue le."
Revenir en haut Aller en bas
 
Deux tueuses, deux techniques (PV AURA)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inscriptions partie 58: Deux par deux rassemblés
» Deux loups, deux Feuilles
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» Générique FAKE LOVER™ chapitre deux, saison deux.
» Deux mutants, deux dangers vivants, similitude ? C'est pas dit... [PV Isaac]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Do you not hear the screams?(FoRPG) :: Lieux :: Zone d’ombre :: Autres Endroits d’alignements Ombre-
Sauter vers: